Fils RSS pour les
Articles
Commentaires

Me contacter M'envoyer un message

Le président a enfin tranché après un mois et demi d’hésitation et a validé un projet de budget que les conseillers communautaires ont reçu vendredi 22 mai.

Il sera examiné le mercredi 27 mai à 20 h 30 (la convocation est ICI).

Remarquons au passage qu’en toute logique, le sous-préfet aurait donc déjà dû saisir la Chambre Régionale des Comptes puisqu’aussi bien le vote aurait dû intervenir avant le 15 avril… (article L 1612-2 du code général des collectivités territoriales).

Le document provisoire communiqué aux élus ne contient bien entendu que des propositions que le conseil communautaire a toute possibilité d’amender.

Afin de ne pas embrouiller les esprits et laisser au président le plaisir de présenter aux contribuables le fruit de ces conjectures, je n’en donnerai pas le détail.

Sachez toutefois que l’accouchement s’est fait dans la douleur en dépit des doses massives de calmants administrées depuis des mois (voire des années) par l’anesthésiste Jacques FÉRAUT.
Le chirurgien, Jean-Luc GUILHOT, pourtant habitué à charcuter les comptes,  a eu du mal à opérer (on le voit bien, il est de plus en plus absent) devant des assistants impuissants à contenir l’hémorragie ou simplement, pour certain, médusé…

Mauvaise nouvelle…

… Le bébé est mort-né.

A bisto de nas…

Comme chaque année, on a donc « bidouillé » tant bien que mal les chiffres pour tenter d’équilibrer budgets de fonctionnement et d’investissement.

L’idéal aurait été bien entendu de dégager des ressources dans la section de fonctionnement afin de financer les investissements et remboursements d’emprunts afférents.
Pas question en effet d’avoir recours à la cavalerie comme en 2005 (690 000 €), en 2007 (500 000€) ou en 2014 (550 000 €)… nous y reviendrons dans un autre article… Les banques et la CRC ont compris la combine.

Mais comment avoir les idées claires quand on ne dispose même pas d’une analyse objective de la situation ? Encore moins d’une prospective établie par des gens compétents.

L’étude de l’ATD (Agence Technique Départementale) sur le financement de la Communauté, réclamée depuis des années par certains élus et finalement imposée par le Crédit Agricole, ne sera en effet restituée que fin juin (voir la convocation du conseil du 18 mai 2015).

Le président s’était pourtant engagé à ce qu’elle soit présentée avant le vote du budget (PV AG du 7 avril 2015 – page 3 avant-dernier alinéa) :

Monsieur le Président répond à Monsieur Boube sur l’audit financier commandé à l’ATD : cette dernière a achevé son travail de rétrospective mais a demandé des compléments afin de finaliser l’analyse prospective. Ce n’est pas pour le compte administratif que cette analyse sera utile (puisque celui-ci n’est que le reflet des dépenses et recettes effectives de 2014) mais bien pour l’élaboration du budget de l’année 2015. C’est la raison pour laquelle l’analyse de l’ATD sera présentée avant le vote du budget 2015.

Le président prétend même aujourd’hui que ce retard dans le calendrier serait imposé par l’ATD … Il fallait oser… Il a …

Du rêve…

Afin de mieux apprécier un débat budgétaire qui s’annonce passionnant, revenons un moment en arrière sur les incantations du Chef et du Grand Sorcier, le 4 mars 2015, qui, faisant fi des mauvais chiffres annoncés par de sinistres augures, nous annonçaient sans rire un « Delta » de 450 000 € en 2015…

Je vous laisse découvrir ce moment d’anthologie…

Séquence émotion…


2015-03-04 CCTA perspectives financières par mcabe

…à la réalité

Admirez au passage l’habileté narrative de l’auteur de ces lignes qui a su maintenir jusqu’à cet instant précis un suspense torride, avant de dévoiler enfin le produit (si j’ose dire) des louables et néanmoins inutiles gesticulations des vice-présidents pour résoudre une situation qui laisserait sans voix (voie) le Grand Esprit lui-même.

Résultat de fonctionnement : 0 €.
Résultat d’investissement : -665 887 €

Sans surprise, le bureau s’est en effet avéré incapable de dégager la moindre marge sur le fonctionnement susceptible de compenser le remboursement obligatoire des dettes qui n’avaient pu être honorées en 2014 (1 M€ de prêt relais pour le musée et 550 000 € de « découvert » de la ligne de trésorerie – voir ICI).
Cette année en effet, on ne pouvait échapper à l’injonction de la Chambre Régionale des Comptes et refuser d’inscrire comme en 2014 (en toute illégalité) une dette bien évidemment exigible…

Dès lors, il était évident que les seules compétences des élus étaient insuffisantes pour résoudre un casse-tête particulièrement ardu:

  • Comment réduire en effet des charges de fonctionnement quasiment incompressibles, constituées pour la moitié par des frais de personnel après que le président ait embauché (et titularisé) à tour de bras ?
  • Comment augmenter suffisamment les recettes (en pratique bien évidemment les impôts) sans se faire lyncher? …

Jean-Luc GUILHOT a pris la décision de laisser filer le budget en déléguant à la Chambre Régionale des Comptes et au sous-préfet la lourde tâche de trancher.
Par la suite, avec le soutien de ses apparatchiks, il aura tout loisir de faire supporter les conséquences du désastre à l’ensemble des élus qui (air connu) ont « voté les projets qu’il a présentés », n’ont « pas voulu fiscaliser les services transférés »…
Nous aurons sans aucun doute l’occasion de revenir sur ses (pitoyables) arguments ultérieurement…

L’intervention obligatoire de la CRC

Je ne sais si Jean-Luc GUILHOT aura en début de séance le courage (… la lucidité, ou tout simplement la compétence) d’expliquer à l’assemblée que son projet de budget n’a aucune chance, en l’état, de passer le contrôle de légalité et que le voter sous cette forme n’a aucun sens.
(À moins, bien sûr, et il faut l’espérer, qu’une majorité d’élus en votant « contre » ses propositions n’apporte un désaveu cinglant à la politique totalement irréaliste qu’il a menée depuis de [trop] nombreuses années.)

Ce budget sera en effet  forcément « retoqué » parce qu’il ne répond pas aux conditions posées par l’article L 1612-4 du code général des collectivités territoriales :

Le budget de la collectivité territoriale est en équilibre réel lorsque la section de fonctionnement et la section d’investissement sont respectivement votées en équilibre, les recettes et les dépenses ayant été évaluées de façon sincère, et lorsque le prélèvement sur les recettes de la section de fonctionnement au profit de la section d’investissement, ajouté aux recettes propres de cette section, à l’exclusion du produit des emprunts, et éventuellement aux dotations des comptes d’amortissements et de provisions, fournit des ressources suffisantes pour couvrir le remboursement en capital des annuités d’emprunt à échoir au cours de l’exercice.

Ainsi,

Le budget n’est pas équilibré

Un déficit d’investissement de plus de 600 000 €… Circulez, y a rien à voir…

Le budget n’est pas sincère

Les amoureux du droit trouveront ICI un article fort intéressant sur la sanction par le juge administratif de l’insincérité d’un budget communal.

On en retiendra pour ce qui nous concerne que de ce point de vue le budget proposé par Jean-Luc GUILHOT n’est pas sincère pour au moins deux raisons :

  • un prêt hypothétique de 550 000 € a été ajouté en recette d’investissement afin de permettre le remboursement de la ligne de trésorerie débitrice de ce même montant et devenu exigible au 31/12/2014. Nul doute que sa conclusion est « aléatoire compte tenu du niveau très élevé de l’endettement de la communauté de communes au regard de ses capacités de remboursement« . Par ailleurs, de l’aveu même du président, ce prêt n’a « fait l’objet à ce jour d’aucun avis favorable express de la part d’un organisme prêteur« . (Entre guillemets et en italique les termes de la jurisprudence).
  • De même, une rallonge de DETR de 150 000 €  a été inscrite pour la maison médicale alors qu’aucune notification officielle n’en a été faite. Son attribution est selon Jean-Luc GUILHOT acquise pour des travaux concernant la maison médicale qui n’avaient pas été pris en compte dans la précédente demande (300 031 € déjà accordés).
    Précisons que si l’aide était accordée ce serait en totale contradiction avec la règle qui exige que les travaux ne soient pas commencés avant que le dossier de demande d’aide ne soit réputé complet (Art. R.2334-24 du CGCT). Il ne reste plus qu’à espérer une dérogation préfectorale (possible).
    La demande vient d’être faite en catastrophe, alors que la construction s’achève, pour pallier le rejet d’une demande de subvention par le ministère de l’Intérieur. Son attribution avait pourtant été certifiée acquise à plusieurs reprises par le président (promise à l’origine à hauteur de 300 000 € elle s’était vue réduite à 150 000 € avant de se volatiliser) …

Le budget n’est pas un équilibre réel

Le remboursement des annuités d’emprunt (1 785 873 € en 2015) devrait être couvert par la somme des ressources propres sur exercices antérieurs (en réalité un déficit), du fonds de compensation de TVA, des amortissements des immobilisations, diminuée des subventions transférées soit 628 073 €.

L’équilibre n’est donc pas respecté, il manque 1 157 800 €… Une paille.

Remarquons au passage qu’en ajoutant les recettes douteuses précédemment évoquées (550 000 € + 180 000 €) on obtient en gros la valeur du « trou » réel, avancée après le rejet du compte administratif 2014… 1.8 M€… CQFD.

 Que va-t-il se passer maintenant?

Tout est dans l’article L 1612-5 du Code Général des Collectivités Territoriales :

Lorsque le budget d’une collectivité territoriale n’est pas voté en équilibre réel, la chambre régionale des comptes, saisie par le représentant de l’Etat dans un délai de trente jours à compter de la transmission prévue aux articles L. 2131-1, L. 3131-1 et L. 4141-1, le constate et propose à la collectivité territoriale, dans un délai de trente jours à compter de la saisine, les mesures nécessaires au rétablissement de l’équilibre budgétaire et demande à l’organe délibérant une nouvelle délibération.

La nouvelle délibération, rectifiant le budget initial, doit intervenir dans un délai d’un mois à partir de la communication des propositions de la chambre régionale des comptes.

Si l’organe délibérant ne s’est pas prononcé dans le délai prescrit, ou si la délibération prise ne comporte pas de mesures de redressement jugées suffisantes par la chambre régionale des comptes, qui se prononce sur ce point dans un délai de quinze jours à partir de la transmission de la nouvelle délibération, le budget est réglé et rendu exécutoire par le représentant de l’Etat dans le département. Si celui-ci s’écarte des propositions formulées par la chambre régionale des comptes, il assortit sa décision d’une motivation explicite.

Les conséquences prévisibles

Je laisse aux plus courageux (et masochistes) le soin de découvrir ICI l’avis en date du 10 juillet 2014 de la Chambre Régionale des Comptes sur l’insincérité du budget de la commune de Saint-Lizier dans l’Ariège et surtout les mesures proposées pour le redressement.

Il pourrait préfigurer le type de thérapie qui sera vraisemblablement administrée aux contribuables du canton d’AURIGNAC…

La similitude des situations n’échappera certainement pas en effet aux plus attentifs.

Pour tous les gens pressés qui n’auraient pas le courage de lire le document, voilà ce que je retiens des mesures proposées:

– en dépenses d’investissement, il convient d’annuler toutes les opérations d’équipement qui ne sont pas engagées au jour du présent avis :

– en recettes de fonctionnement, il convient… de majorer de 47 % les taux des impôts locaux,

La CRC préconise également :

– de procéder à la cession des immobilisations qui ne sont pas indispensables au fonctionnement des services publics locaux…

…On se demande si le musée de la Préhistoire en fait partie…

Enfin, je note que la CRC propose, toujours pour Saint-Lizier, de réduire les charges de gestion courante de 34 000 €…

Il est vraisemblable que Jean-Luc GUILHOT a anticipé cette proposition puisqu’il a inscrit à l’ordre du jour de la réunion du 27 mai:

Délibération pour diminution des indemnités de fonctions des élus

Nul doute qu’il envisage de donner l’exemple en abandonnant la totalité de la sienne (prime au résultat).

Il se murmure même qu’il pourrait être enclin (voire contraint) à rembourser les frais de carburant (12 800 €) qu’il a indûment perçus par le biais d’une carte de carburant qu’il s’est généreusement attribuée en toute illégalité, et bien sûr à l’insu des élus…

22 réponses à “Un budget bon… pour la Cour des Comptes”

  1. le 02 Août 2015 à 18:00 lecteur

    La sanction de la CRC est tombée : + 45% d’augmentation des impôts locaux en 2015, + 160% sur 4 ans !

    Voir l’article de La Dépêche du 31 juillet 2015 ICI

  2. le 05 Août 2015 à 21:07 lecteur

    Le Petit Journal fait sa Une sur la dette des Terres d’Aurignac avec un article sans concession dans le numéro du 5 août 2015 :
    « DETTE MONSTRUEUSE : 160 % DE HAUSSE D’IMPÔTS ».
    Voir ICI

  3. le 06 Août 2015 à 10:33 alanbic

    Bonjour. Je vois que la politique est aussi pourrie au rez-de-chaussée qu’au cinquantième étage. Comment les électeurs-citoyens peuvent élire quatre fois un tel énergumène? Comment les maires peuvent-ils élire trois fois ce fossoyeur? Pourquoi certains élus d’Aurignac ont-ils poussé a la création du Musée? Pourquoi se cachent-ils maintenant? En voilà de bonnes questions (liste non exhaustive). Citoyens des terres d’Aurignac, préparez votre porte-monnaie et vos banderoles contre celui qui avait pris la tête de ‘JESUISCHARLIE ».

  4. le 08 Août 2015 à 8:42 RENOUVEAU D'ALAN

    Christian Marrequeste colistier de la liste Renouveau D’Alan ne s’étonne pas de la situation à laquelle nous sommes confrontés;depuis de nombreuses années une politique menée avec autoritarisme et sans possibilité de dialogue nous conduit a cette débacle;En Mars 2014 vous avez reconduit la meme équipe,vous avez bu le champagne dans les locaux de la mairie et maintenant vous vous offusquez de ce qu’il arrive;vous avez nié les vrais problémes,tout celà par interet personnel;j’assite avec mes colistiers aux reunions du conseil municipal et nous constatons que tout est voté à l’unanimité et baclé en cinq minutes;Pourtant d’après votre profession de foi vous deviez travailler de concert avec l’ensemble de la population;Ne vous défaussez pas vous appliquez totalement le contraire;tout celà perdure depuis de nombreuses années,les électeurs ne comprennent que maintenant qu’ils ont été trompés;Notre équipe à été traitée de pourrie,minable,de bras cassés ect…tout est bon pour garder le pouvoir mais la réalité tombe aujourd’hui.Notre équipe pourtant motivée,ouverte,avait l’ambition de faire évoluer positivement la situation;hélas vous n’avez pas choisi de créer seulement une opposition au conseil municipal;Alors,assumez,sortez un peu de vos foyers et rejoignez nous pour bouleverser tout celà

  5. le 08 Août 2015 à 14:40 alanbic

    Deux conseils pour le président de la CCTA: prendre l’avocat(e) du PS, celui qui défend le maire de Cazères et attacher son strapontin éjectable de la CCTA à celui de maire d’Alan. On a assez souffert depuis 1977 qu’il est élu.

  6. le 09 Août 2015 à 18:33 dede

    Ou la la la c c t a recherche un EMIR ou un tonton d’amérique ou pourquoi pas BOB L’EPONGE

  7. le 09 Août 2015 à 19:13 Con-tribuables

    Des commentaires intéressants, mais qu’on peut compléter (enfin, je pense) en vrac :
    Le musée : Sa construction n’a quasiment rien coûté, c’est son exploitation qui est un gouffre !! Malheureusement, aucune étude digne de ce nom n’a été faite auparavant sur les coûts de personnel et autres. Vous me direz… comme d’habitude. La seule personne qui avait évoqué ce problème a été Mr Marquois (maire trop éphémère d’Aurignac, compétent… mais pas rose) que les membres de sa liste ont vite fait d’éjecter pour pouvoir mettre en place la catastrophe que vous savez.
    Les transferts de compétences : La CCTA se réjouit toujours de prendre des compétences aux communes, mais ne calcule jamais combien cela va lui coûter ensuite et c’est au budget suivant que l’on constate le désastre.
    Quid des ALAE : Je suis surpris que personne ne parle de ce service. Anciennement CLAEs sur plusieurs communes avec un budget cumulé d’environ 200 k€, le regroupement et le passage à la CCTA nous coûte aujourd’hui plus du double. La seule raison avancée est la mise en conformité du nombre de personnes de l’encadrement… il est vrai qu’avec 2 directeurs « alors que même le collège n’a en a qu’un !), cela n’arrange pas les choses. Comment ces personnes justifient-elles leur statut et leur emploi du temps ? J’aimerais savoir.
    Les impôts : Cela semble être la seule bonne piqure pour réveiller les habitants (roses) de ce canton. Je pense que tout le monde n’a pas encore compris que cela va se reproduire pendant trois ans…
    Le président de la CCTA : si on ne peut plus mettre en doute son incompétence et sa malhonnêteté, il me semble réducteur de ne parler que de lui. Si certains maires et conseillers ont tourné la veste dernièrement ceux qui l’ont soutenu sont aussi responsables que lui !!! Comment faire un vrai ménage ?

  8. le 10 Août 2015 à 11:22 alanus

    Comme disait ma grand-mère quand tu veux balayer l’escalier, tu commences par le haut. T’inquiètes que le ménage va se faire tout seul et que si ça ne suffit pas, la candidate à la présidence de la région va devoir le faire. Elle n’a pas besoin de sous-fifres qui lui fassent de l’ombre. S’ils s’imaginaient être protégés par son beau sourire en s’affichant a ses côtés, ils vont en prendre pour leur grade et comprendre que ses vrais amis ce sont ceux de la France d’en haut HOLLANDE, VALLS et consort. À quand la proportionnelle dans ses petites communes???? On se retrouve avec 11 élus pour une liste et aucun pour la liste adverse alors que la réalité est souvent de 52 % à 48 %. Voilà comment on met en place des dictateurs locaux, sans opposition, qui se sentent les mains libres et qui se permettent les pires ignominies (pour rester poli). J’espère que la justice ira fouiller du côté d’ALAN pour voir comment la liste GUILHOT a été réélue. Je vise notamment ses colistiers, y compris ceux du précédent mandat.

  9. le 10 Août 2015 à 14:05 christian

    Je m’inquiète de voir que depuis que l’on a donné de nouveaux pouvoirs à nos barons locaux la situation se dégrade dangereusement; ils n’ont ni les qualités humaines ni les compétences pour gérer une collectivité;faisons appel à de vrais comptables qui sachent aligner les chiffres et non à de petits amateurs, cela éviterait toutes ces dérives.ils sont uniquement visionnaires de leur nombril. Je m’étonne qu’en cette période certains ne soient que spectateurs et restent silencieux.

  10. le 10 Août 2015 à 14:32 alanus

    Bonjour Christian. Je pense différemment de vous: pour moi, ils savent parfaitement aligner les chiffres….et nous aligner par le même. Mais en aucun cas ce ne sont des gestionnaires. Leur devise: pousses-toi de là que je m’y mette.

  11. le 11 Août 2015 à 8:54 Contribuables

    Avoir de soi-disant comptables et gestionnaires n’est une garantie de rien ! Le projet de la maison de santé est mené par M. Fleurigeon qui se vante d’avoir fait une grande école de commerce et a fait exploser le budget initial de 600 000 € à 1 620 000 € avec un emprunt sur 32 ans, et ce n’est pas fini ! À l’office de tourisme des Terres d’Aurignac, son président technocrate et sa femme comptable ont fait presque quintupler leur budget annuel, pour quelles réalisations réellement touristiques ? M. Guilhot et son équipe ont fait preuve de mégalomanie et d’incompétence qu’ils enrobent d’un discours mensonger depuis des années. Ils ont plombé pour longtemps les finances de la CCTA avec leur maison de santé, leurs projets absurdes d’EPIC mort-né de l’OT, de plan B et de Régie du musée, etc. qui ont dénaturé les projets, fait perdre des années précieuses, généré un climat de défiance et dilapidé des centaines de milliers d’euros à la charge des contribuables ! Un changement complet d’équipe s’impose.

  12. le 14 Août 2015 à 8:03 PIGEONS

    Lors d’une de ses interventions le Président Guilhot dit j’assume… j’ai cru comprendre qu’il allait payer l’addition de ses propres deniers… sincèrement je n’y crois pas. Alors, pourquoi ne pas créer un Collectif Contribuables pour défendre nos intérêts ?

  13. le 16 Août 2015 à 8:54 delgats

    Si le Président Guilhot est le grand responsable de la faillite de la CCTA, là où l’on peut se poser des questions, c’est comment des complices ont pu le porter à bout de bras pendant des années. À croire que nous avons plusieurs Guilhot qui nous gèrent et ça devient inquiétant…

  14. le 17 Août 2015 à 23:11 Con-tribuables

    En réponse à PIGEONS : Un collectif pourquoi pas, mais il est malheureusement trop tard pour beaucoup de choses . Comme beaucoup de gens dans ce canton vous vous réveillez quand la messe est dite . Dans plusieurs villages de ce canton beaucoup de listes d’opposition se sont montées et ont tiré la sonnette d’alarme aux dernières élections … les électeurs ont rigolé , les électeurs ont choisi !!! maintenant, les électeurs vont assumer , c’est la démocratie . Pour ma part, j’aurais préféré que les 160% s’appliquent sur un seul exercice , la piqure n’aurait été que meilleure et aurait surement fait effet jusqu’aux prochaines municipales , mais je suis près à parier que la majorité des responsables d’aujourd’hui( maires et conseillés ) seront réélus sans difficulté demain …

  15. le 17 Août 2015 à 23:15 Con-tribuables

    En réponse à DELGATS : Vous ne vous en apercevez qu’aujourd’hui ? C’est inquiétant !! Venez plus souvent dans les assemblées de la CCTA ainsi que dans les conseils municipaux de vos villages , c’est public , ouvert à tous et … prenez de l’aspirine, car vous allez en avoir besoin !!!

  16. le 21 Août 2015 à 12:28 alanvers

    Comment pouvez-vous critiquer le bilan de monsieur Guilhot? En 20 ans de gouvernance, il a lancé les projets de l’écomusée du Préhouendé, la rénovation de l’Église, de la Salle des Fêtes, du Monument aux Morts, du Cimetière, l’Assainissement, le Carrefour de Labarthère, l’Aménagement de Lagadie, le Développement de nos sites historiques; il organise souvent des réunions publiques où les habitants peuvent s’exprimer; il fait perdurer toutes les traditions: réveillons, Saint-Valentin, carnaval, Pâques, feu de la Saint-Jean, 8 mai, 14 juillet, 11 novembre, etc. … Il se démène sans compter de Paris en Espagne. Tout cela draine des milliers de visiteurs et profite au développement de notre canton. Pourvu que ça dure…

  17. le 21 Août 2015 à 23:16 Con-tribuables

    Alanvers … votre pseudo vous va si bien !!! J’ose espérer que votre commentaire est ironique sinon … c’est grave …

  18. le 26 Nov 2015 à 8:34 mure

    Bravo con-tribuables en effet 160 % d’un coup aurait peut être réveillé le peuple, mais là, j’ai l’impression que finalement ils revoteront les mêmes…. j’en mettrais ma tête à couper. Depuis des années les abus sont dénoncés et depuis des années les mêmes gardent leur place bien au chaud. La place est bonne puisqu’ils ne sont pas responsables sur leurs deniers. On ne pourra pas vendre nos maisons; qui en voudrait avec des impôts si haut et avec des services si petits. Ah oui ils auront un musée… dont on ne sait pas encore combien il va nous couter en frais de fonctionnement. Eh oui, le seul qui était compétent en la matière était Mr Marquois, mais trop honnête et économe pour ces messieurs !!!!

  19. le 26 Nov 2015 à 13:45 christian marrequeste

    J’entends dire çà et là que nos dettes seront épongées d’ici 3 ans, que ce sont les autres qui paieront pour nous… En attendant, c’est le grand mécontentement des contribuables qui subissent les mauvaises décisions de nos élus. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises vu qu’en plus des 45 % s’ajouteront 17 % en 2016 et 11 % en 2017. Les propriétaires qui veulent vendre leurs biens sont doublement pénalisés, car en plus de la surimposition ils doivent brader pour trouver un acquéreur. Qui peut croire à une relance de notre économie en affaiblissant les citoyens de notre territoire ? Qui voudra s’installer dans notre secteur si nous avons une fiscalité supérieure à tout le monde. Nous ne pourrons plus investir pour longtemps, car nos capacités sont réduites à néant.

  20. le 27 Nov 2015 à 12:13 Aurignacien

    Lors de toutes les campagnes électorales, les divers candidats sont tous décidés à œuvrer pour l’intérêt de leurs concitoyens. Hélas la réalité est toute autre, dans les faits nous sommes confrontés à des refus de débats avec les opposants. Ces candidats qui disent se mettre au travail dans un esprit constructif refusent la parole à quiconque veut intervenir. À mon sens, ils sont plus diviseurs que rassembleurs. Pourtant de nombreuses personnes talentueuses qui voudraient s’investir sont résignées devant l’autoritarisme de ceux qui ne veulent pas perdre le pouvoir. Au bout de leurs mandats, ces élus se représentent fiers de leurs bilans, se présentent dans vos foyers avec un large sourire, munis de leur profession de foi, en vous invitant à les reconduire encore une fois. C’est en tout cas ce que je ressens dans le canton d’Aurignac…

  21. le 27 Nov 2015 à 15:09 sol carlus

    Oui Aurignacien, ce sont des dictateurs cachés derrière leur étiquette du PS, des faux-culs, mais ça marche car la population n’y voit que du feu. En ce sens, les citoyens-électeurs sont responsables et il est temps qu’ils enlèvent leur lunette en peau de saucisson. Mais il est vrai que les élus ont su acheter leur électorat avec des avantages particuliers, aux antipodes de l’intérêt collectif. De petits ou grands arrangements entre coquins, en somme. Tous ces gens n’ont pas un comportement républicain bien qu’ils s’en revendiquent a longueur d’années et de mandats.

  22. le 07 Déc 2015 à 18:12 con_tribuable

    Je ne sais pas si vous etes aurignacais mais je vous renvoie quand meme vers les 2 dernieres elections municipales qui auraient du vous mettre un peu la puce à l’oreille . En 2008 « l’opposition » denonce le projet de Mr Fleurigeon de 6Meur d’investissement sur 6 ans alors qu’Aurignac est à cette date à deux doigts d’etre sous tutelle au regard de son deficit . Mr Marquois est élu et redresse les comptes en annulant tout investissement sur ces 2 années . Arrive ensuite le musée , on connait la suite pour Mr Marquois … En 2014 , nouvelle election et la meme opposition ( au lieu de faire campagne sur la mairie ) tire la sonnette d’alarme sur la communaute des communes car le sujet est beaucoup plus grave !!! vous connaissez aussi maintenant la suite . Alors oui ouvrez les yeux et les oreilles !! le chef de file de l’opposition avait ecrit avant le scrutin :  » vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !!  » et la aussi on connait la suite …

Rétrolien | Fil RSS

Ajouter un commentaire