Fils RSS pour les
Articles
Commentaires

Me contacter M'envoyer un message

Archives pour la catégorie ' Conseil Général 31 '

Extrait de la profession de foi des législatives 2007 Jean-Louis IDIART aime à rappeler qu’il est vice président de la commission des finances, de l’économie générale et du plan (ci-contre extrait de sa profession de foi).
Il précise même avec aplomb, qu’il est intervenu régulièrement dans le débat sur les Lois de Finances.Extrait de la profession de foi des législatives 2007
Il est vraisemblable que notre député ignore que le travail des commissions fait l’objet de comptes rendus sinon il ne se hasarderait pas à de telles affirmations.
Qu’en est-il de son travail réel ?
Lire la suite »

Extrait de la profession de foi des législatives 2007 Dans sa profession de foi pour les élections législatives de 2007 (extrait ci-contre), Jean-Louis IDIART met en avant son « activité » à l’Assemblée nationale.
Il s’appuie pour cela sur un «classement» du journal l’Express publié dans un dossier spécial du 28/09/2006 , qui le fait (artificiellement) apparaître parmi les 100 députés les plus actifs.
Le « palmarès » est tiré en fait du livre d’Hélène Constanty et Vincent Nouzille, « députés sous influences ».
Lire la suite »

Il faut être prudent.

Ce n’est pas en prenant systématiquement le contre-pied de ce que dit Jean-Louis IDIART (ou son entourage), qu’on détient forcément la vérité.

Il lui arrive quelquefois de dire des choses exactes.

Mais en l’occurrence, lorsqu’il nous affirme que la loi l’oblige à fermer son blog la veille des élections législatives, il se (nous) trompe.

fermeture-blog-idiart.jpg

Qu’en est-il réellement de la liberté d’expression sur Internet à la veille du scrutin ?
Lire la suite »

Sur le blog de Jean-Louis IDIART, la rubrique des soutiens , relativement peu étoffée, ne semble pas rassurer les militants ou simples visiteurs qui commencent à se poser des questions sur les articles répétés dans la presse au sujet du SYGES.
Le sigle maudit provoque même chez certains, des symptomes qui s’apparentent au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) provocant toux, irritations, voire étouffements chez le député, tels qu’il ne parvient plus à s’exprimer par lui même.
Pour abréger ses souffrances je me suis donc permis, dans son intimité, ces quelques piqures de rappel.
Lire la suite »

Guignol

Mercredi est, on le sait, le jour des enfants.

Pendant que de véritables députés sont au boulot lors de la séance des questions au gouvernement, Jean-Louis IDIART et son camarade d’élection, batifolent devant la télé.

Ainsi, le 19 octobre 2005, pendant que le député socialiste Serge BLISKO interpelle le ministre des affaires étrangères au sujet d’événements gravissimes dans les enclaves espagnoles au Maroc…

Si vous n’avez pas l’ADSL, allez donc chez un ami plus chanceux, ça vaut le déplacement et vous donnera l’occasion de lui dire bonjour.

Les autres, et particulièrement ceux qui ont été ou seront équipés grâce à l’intervention du Conseil Général de la Haute-Garonne pour couvrir les zones blanches, remerciez vos élus pour cet acte courageux, …suicidaire (?).

Jean-Louis IDIART vient de publier sur son blog, le 31 mai 2007, la liste des membres les plus éminents de son comité de soutien.

Je reproduis ci-dessous le texte du commentaire que je poste sur son site, au cas où un bug informatique viendrait à l’en faire disparaître.

Je constate que Jean-Louis IDIART est membre du comité de soutien de Jean-Louis IDIART…c’est bien.
A côté de lui, tous les élus de gauche du Comminges (et du Savès), de France et de Navarre (pardon, d’Aragon) ou presque…
Ne manque que Josette SARRADET, conseillère régionale.
Il est de saines solitudes. Lire la suite »

On se souvient de Ségolène ROYAL posant sur la muraille de Chine et concurrençant l’Académie française dans sa séance du dictionnaire.
Sa bravitude avait frappé.
Jean-Louis IDIART ne dispose pas, lui, des quelque 20 millions d’euros engloutis dans la campagne de la candidate socialiste (même chose d’ailleurs pour le candidat UMP élu) et il doit donc se contenter de déplacements plus modestes.
Lire la suite »

Le jeudi 13 mai 2004, au cours d’une séance de l’Assemblée Nationale, Jean-Louis Idiart nous a gratifiés d’une intervention très enrichissante (cliquez sur la citation pour accéder au compte-rendu de séance intégral) :

C’est le moins que l’on puisse dire !

Si, par le plus grand des hasards, vous tombez sur quelque chose d’intelligible, sur une intervention constructive qui fasse, en quelque sorte, « avancer le schmilblic »…
vous avez le droit de rejouer ! (en actualisant la page de votre navigateur ou en cliquant sur le titre de l’article)
En effet sur les quelques 419 interventions recensées par le site de l’Assemblée Nationale entre 2004 et 2007, 90 % au moins sont sans aucun intérêt (humour à deux balles, polémiques stériles,…).

Comme disait si bien le philosophe COLUCHE (1944-1986) : « De tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. »

Pour vous en convaincre vous pouvez télécharger ici le fichier Excel qui reprend in extenso les propos du député et leur source.

idiart-graph.gifDans le graphique ci-contre (cliquez pour agrandir), une petite comparaison avec les députés des 7 autres circonscriptions de la Haute-Garonne…

Si vous cherchez la courbe de Jean Diébold (UMP), elle est bien sur le graphique, ce n’est pas un bug ! Simplement, il n’est intervenu que 4 fois en 3 ans (dont, exceptionnellement, 2 fois au cours d’une même séance…).

Soit il est d’un naturel partculièrement discret (un simple « oui » est noté dans le compte-rendu de séance), soit il est agoraphobe…

La page contenant la biographie de Jean-Louis IDIART est enfin parue sur son site électoral. (voir aussi celle de l’Assemblée Nationale)

idiart-et-casteras300x222.jpgOn y apprend notamment qu’en 2001 il ne se représente pas dans son village de MAZERES SUR SALAT (ndlr: qu’il laisse au dévoué Pierre CASTÉRAS, devenu également depuis Conseiller Régional),

Par choix personnel, notamment sur ma vision du non-cumul des mandats

Il précise également qu’il est conseiller général depuis 1988 et député depuis 1993.

Je constate donc que sa vision sur le non-cumul des mandats a fortement évolué avec l’âge, puisqu’il a bien, de fait, cumulé 3 hautes responsabilités pendant au moins 8 ans .

Normal que sa vision évolue, me direz-vous, c’est l’âge!

Pas sûr !

Depuis 1989 en effet, Jean-Louis IDIART, présidait aussi un syndicat de communes, le SYGES (pour quelqu’un qui hait les cumuls, quel sacrifice de soi) qu’il a largement contribué à mettre en faillite.

En 2001, alors qu’il n’avait proposé aucun budget pour 1999 et 2000 et que le syndicat se débattait dans une situation financière inextricable, que par ailleurs il s’évertuait à cacher aux élus, une seule solution s’offrait à lui: la fuite…

Etre élu, même comme simple conseiller municipal, lui aurait fait courir le risque d’être coopté comme représentant au Comité Syndical de Garonne et Salat puis, pourquoi pas, bombardé président…

Éloquent

Le 2 mars 2007, le CG31 examinait une résolution visant à venir en aide à AIRBUS.
Après la présentation de la motion, lue par le sénateur et néanmoins conseiller général Bertrand AUBAN, le Conseiller général et néanmoins sénateur Gérard ROUJAS « improvisait » un brillant discours.

Ce morceau d’éloquence est extrait de l’enregistrement de la séance disponible dans son intégralité (y compris les interruptions de séance…soyez patients) sur le site du Conseil Général.