Fils RSS pour les
Articles
Commentaires

Me contacter M'envoyer un message

Quinze ans de pouvoir déjà…

Dans 2 jours nous « fêterons » le premier anniversaire de la réélection de Jean-Luc GUILHOT et de son fidèle second Jacques FÉRAUT à la tête de la Communauté de Communes des Territoires d’AURIGNAC.
Depuis un an que nous filmons avec Patrick les (d)ébats en public de cette collectivité haute en couleur (avec toutefois, du moins pour l’instant, une incontestable dominante rosée), nous assistons impuissants et atterrés à l’arrivée d’une catastrophe inéluctable.
Le naufrage prochain de ce bateau ivre qu’est la CCTA, annoncé depuis 2003 par quelques élus éclairés et les experts de l’Agence Technique Départementale, sera n’en doutons pas confirmé prochainement par le 3e audit effectué par cet organisme au service des collectivités du Département… à la demande du Crédit Agricole…

De l’impuissance face à un système

Personnellement j’assume ma part de responsabilité dans cette débâcle puisque lors des élections de 2008, après avoir été désavoué par mes collègues élus alors que je postulais au poste de président contre Jean-Luc GUILHOT, j’ai démissionné de tous mes mandats.
Il faut dire également que l’aveuglement d’une majorité des conseillers communautaires et le peu d’enthousiasme montré par la justice pour étudier les affaires que j’avais soulevées à propos de la conduite personnelle de Jean-Luc GUILHOT sur notre canton ou des errements de Jean-Louis IDIART à la tête du SYGES, m’avaient moralement totalement anéanti.
Pourtant, j’ai l’orgueil de penser qu’entre 2001 et 2008 en animant les débats au sein de la Communauté de Communes j’avais pu éviter, en compagnie d’une poignée d’élus, la réalisation de projets insensés (construction d’un hangar pour le matériel dont le coût au mètre carré était aussi élevé que celui d’un logement, projet ubuesque de rénovation de logements communaux, etc.).

De la nécessité d’agir

Devant l’ampleur du désastre financier qui s’annonce pour la Communauté de Communes des Terres d’AURIGNAC, un temps désespéré par l’incompétence et l’incurie de ses têtes « pensantes », je pense cependant pouvoir reprendre, sous une autre forme, une critique (que j’espère constructive) et que d’autres n’exercent encore que timidement faute de temps, de moyens (informatique et Internet sont des leviers puissants) ou tout simplement par manque de courage et de volonté .
J’ai donc décidé, unilatéralement et en total accord avec moi-même de réactiver le blog que j’avais créé en 2007 (par « je » sans doute, feront remarquer certains) et fort opportunément baptisé cabe2007.com.

L’arme du citoyen

Son but était à l’époque de contribuer à l’éradication (politique s’entend) de 2 fléaux de notre département, je veux parler de Gaston ESCUDÉ, dans ses dernières fonctions vice-président du Conseil Général de la Haute-Garonne et maire de CAZERES et de Jean-Louis IDIART, conseiller général et député qui souhaitait alors se succéder à lui-même à cette lucrative fonction.
Le premier, « Gastounet », a disparu de la scène politique après avoir été déclaré inéligible.
Expert en fausse délibération (voir ICI, rubrique « Cazères contre SYGES » et plus particulièrement ICI), il a été largement dépassé dans cet exercice par le second, « Jean-Louis », qui restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes plaies du Comminges, qu’il a gangréné par ailleurs pour encore longtemps en formant à son image nombre de successeurs.
On pourra trouver sur cette page quelques arguments à l’appui de mes affirmations.
Quant à son action de député, vous pourrez en trouver quelques exemples ICI et plus particulièrement ICI.
Grâce à des appuis visiblement bien plus solides que les miens, il a réussi in extremis à échapper à la justice, mais sort par la petite porte après avoir lamentablement échoué lors de la dernière élection à laquelle il s’était présenté… Comme conseiller municipal de son propre village, Mazères sur Salat.

Application au canton d’AURIGNAC

il n’aura pas échappé aux esprits libres qui peuplent notre canton que celui-ci héberge aussi une telle brochette de politiciens de métier, tout aussi incapables et peu scrupuleux, que ce blog, espérons-le, contribuera à balayer…
Il est temps d’arrêter les dégâts…
…d’informer les citoyens…
…de faire le ménage.

Que souffle donc un grand courant d’air pur…

Pour lire le Premier article, cliquez ICI.
J’espère que de nombreux billets d’informations pourront suivre et que vous voudrez bien les commenter.
Si vous désirez être prévenus de leur parution, vous pouvez vous abonner au flux RSS (explications ICI) en cliquant sur le bouton de la page d’accueil

À tout de suite…

Rétrolien | Fil RSS

Ajouter un commentaire